On part souvent chercher loin des lieux de voyage extraordinaires, alors que bien souvent des merveilles sont là à quelques minutes de chez soi.Et c’est typiquement le cas avec le Canal du Midi, je le croise tous les jours ou presque sans jamais avoir pris le temps de le découvrir un peu plus. Cela fait des années que nous avions envie d’une croisière sur la Canal du Midi mais nous nous disions toujours :”on le fera quand on sera plus vieux… on a le temps, il (le canal) ne bougera pas de place… On va s’ennuyer c’est trop pépère…” et tant d’autres banalités.

Alors quand les canalous m’ont proposé de découvrir pendant quelques jours les joies d’une croisière en péniche sur le Canal du Midi, je ne pouvais que sauter sur l’occasion !

Nous nous sommes rendus le samedi 11 juillet à la base les canalous sur le canal du midi de Colombiers, après les formalités d’usage réglées en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, nous avons pris possession de notre bateau : le Margot. Un Tarpon 37 Duo Prestige catégorie premium offrant tout le confort et les commodités dont on pourrait rêver : 2 chambres, 2 salles d’eau, clim, lave-vaisselle, télévision, réfrigérateur-congélateur, plancha, machine à café Nespresso etc. Imaginez un mobil-home tout équipé flottant et vous y êtes !

Après avoir investi le bateau avec nos valises et les provisions pour 4 jours, Mathieu des canalous nous a enseigné les rudiments de pilotage de notre péniche sans permis, il nous a montré comment effectuer quelques manœuvres pour accoster ou passer les écluses et en milieu d’après midi nous voguions en totale autonomie sur le Canal du Midi !

Le passage du petit pont à la sortie du port de Colombiers nous a donné quelques sueurs froides puis Mr T. et Miss A. se sont relayés à la barre tout au long du week-end. Pendant ce temps là, je profitais du paysage sans cesse renouvelé au fil de l’eau pour prendre des photos et vidéos en mode illimité avec ma microSD Sandisk 200 GO, et surtout je gérais l’intendance : chapeau, passages intensifs de crème solaire, distribution de boissons fraiches et préparatifs de l’apéro entre autres !
Little M de son côté pilotait la péniche depuis son vélo ou sur les genoux de son père dans les longues lignes droites : il a adoré, notamment quand nous avons passé le tunnel du Malpas et que nous devions klaxonner pour signaler notre présence !

Après quelques heures de navigation nous avons fait une première halte dans le village de Capestang, notre premier amarrage du bateau en pleine nature a été un peu sport, il faut qu’un d’entre nous saute sur le chemin de halage, qu’un autre resté sur la bateau lui envoie les amarres (les cordages) et les piquets, et que celui qui est à la barre maintienne le bateau pendant toute la durée de la manœuvre ! Entre la canicule et nos exercices de parfaits mariniers , on était en nage et le panaché bu à l’ombre des platanes sur la place du village a été plus qu’apprécié !

Nous avons ensuite repris notre route à la recherche d’un endroit sympa pour dormir : nous ne voulions pas dormir dans un port mais nous ne voulions pas non plus être seuls au milieu de nulle part ! La navigation étant interdite après le coucher du soleil, nous sommes arrêtés entre Capestang et Argeliers, à 3h de notre point de départ, un gentil anglais amarré là avec sa péniche trois fois plus grosse que la notre nous a aidé à accoster et nous avons passé notre première nuit sur l’eau !

Après une bonne nuit de sommeil, bercé par le bruissement des feuilles et la fraicheur du canal, nous avons repris la navigation avec pour objectif atteindre Homps avant le  dimanche soir… Nous avons fait étape dans le très mignon port du Somail en fin de matinée où nous avons visité la bibliothèque de livres anciens et avons acheté notre pain à la péniche épicerie. Nous avons repris notre chemin pour nous arrêter à l’ombre, en plein cœur du minervois pour une pause déjeuner et sieste bien méritée !

C’est avec un peu appréhension qu’en début d’après-midi nous avons franchi nos premières écluses, là encore la manœuvre n’est pas bien compliquée, mais elle nécessite néanmoins quelques explications et un peu d’agilité ! Fort heureusement sur cette partie du parcours les éclusiers sont là pour vous conseiller et vous donner un coup de main.

Après 6 écluses et une journée de navigation en plein soleil et en plein vent, nous arrivons à Homps dans l’Aude, comme c’est une base canalous nous pouvons en profiter pour recharger gratuitement nos batteries, remplir notre réserve d’eau et surtout passer un looooooong moment sous la douche fraiche : quel bonheur !

Le lundi nous avons décidé de faire demi-tour pour revenir tranquillement vers notre point de départ où nous étions attendus pour le 14 juillet. Comme les jours précédents nous avons profité des ces moments de quiétude au fil de l’eau, nous avons fait escale à Ventenac le château pour découvrir les crus des vignobles du minervois, nous avons passé la nuit à Capestang puis comme prévu le 14 après 108 kilomètres et 12 écluses nous sommes rentrés à bon port…

A peine une semaine que nous sommes revenus sur la terre ferme et déjà envie de repartir en croisière sur les canaux de France ou d’ailleurs, c’était vraiment une expérience extraordinaire que je vous recommande à tous ! Je reviendrai dans quelques jours avec de nouvelles photos et quelques conseils pratiques…

Si l’aventure vous tente n’hésitez pas à vous rapprocher de l’équipe des canalous, ils sont tous très sympas et très pros, vous retrouverez également toutes les croisières proposés par Les Canalous sur leur site internet

Cet article participe à l’été des blogueuses chez Milie C’est quoi ce bruit ? Si vous voulez retrouver d’autres récits de vacances de copines blogueuses filez vite les découvrir !

Commenter avec Facebook

commentaire(s)