Une fois encore j’ai craqué pour le dernier roman de Michel Bussi : “on la trouvait plutôt jolie”, aussitôt sorti, aussitôt sur ma liseuse, aussitôt dévoré !La quatrième de couverture est plutôt mystérieuse et ne dévoile rien de l’intrigue, c’est donc à l’aveugle que je me suis plongée dans la lecture de ce nouvel opus.

« – Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.

– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège.

Elle ferma les yeux. Il demanda encore :

– Qui l’a lancé, ce sortilège ?

– Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent dans cette affaire. »

Du Mali à la banlieue marseillaise, en passant par le Maroc, en quatre jours et trois nuits, le maitre du thriller à la française nous emmène dans un voyage bouleversant et plein de suspense en compagnie de Leyli et sa famille.Sur fond d’enquête criminelle et de légendes africaines, l’auteur a su habilement mettre en scène des sujets d’actualité un peu tabous comme le parcours des migrants, les passeurs, les associations humanitaires ou encore l’uniformisation et la mondialisation de la société, pour nous mener une fois encore par le bout du nez jusqu’au coup de théâtre final !

Honnêtement ce n’est pas le roman de Bussi que j’ai préféré, j’ai eu un peu de mal à me plonger dans les premiers chapitres, sans doute aussi parce qu’il est plus sombre, plus dur et terriblement d’actualité. Mais comme toujours au fil des pages, je me suis attachée aux personnages, notamment bien sûr à Leily la belle héroïne qui porte un si lourd secret, et n’ai pas pu m’en détacher jusqu’au final, accompagnée pendant toute ma lecture par la douce et triste mélodie de Lily de Pierre Perret…

Et vous, vous l’avez lu ? Vous avez aimé ?

 

Shopping :
21,90€ format broché
14,90€ format Kindle

Commenter avec Facebook

commentaire(s)