Lecture : La vie secrète d’Elena Faber – Jillian Cantor

il y a quelques semaines je vous avais dévoilé quelques uns des livres que j’allais emporter dans ma valise cet été, et La vie secrète d’Elena Faber n’en faisait pas partie. A vrai dire je n’en avais même jamais entendu parler… Jusqu’à ce qu’une chronique littéraire à la radio me donne une envie folle de l’acheter !

La vie secrète d’Elena Faber est le premier roman traduit en français de l’auteur à succès américaine Jillian Cantor et j’espère qu’il y en aura prochainement d’autres…

La vie secrète d’Elena Faber – 4ème de couverture

Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, est apprenti chez Frederick Faber, un maître graveur, créateur de timbres, lorsqu’éclate la nuit de cristal. Après la disparition de son professeur, Kristoff commence à travailler pour la résistance autrichienne avec la belle et intransigeante Elena, la fille de Frederick dont il est tombé amoureux. Mais tous deux sont bientôt pris dans le chaos de la guerre. Parviendront-ils à échapper au pire ?
Los Angeles, 1989. Katie Nelson découvre dans la maison familiale une riche collection de timbre appartenant à son père. Parmi ceux-ci, une mystérieuse lettre scellée datant de la Seconde Guerre mondiale et ornée d’un élégant timbre attire son attention. Troublée, Katie décide de mener l’enquête, aidée de Benjamin, un expert un peu rêveur…

La vie secrète d’Elena Faber – Mon avis

Vous le savez, ou pas, mais dès qu’un roman aborde le thème de la seconde guerre mondiale, je craque !

L’écriture est agréable, le passage d’une époque à une autre fluide, l’ensemble est vraiment bien rythmé et je n’ai pas pu lâcher le roman jusqu’au dénouement final… plutôt attendu certes mais c’est vraiment bien fait et agréable à lire.

Les personnages sont attachants et chacun pourra facilement s’identifier à l’un ou à l’autre. La famille, l’amour, le judaïsme, la résistance, la maladie sont autant de thèmes abordés dans ce livre et tous sont traités habilement, avec beaucoup de pudeur et d’émotion mais sans jamais tomber dans le pathos ou le sensationnel.

On passe de l’ Autriche en proie au nazisme et à la guerre, à l’Amérique de la fin des années 80 et la chute du mur de Berlin ; de la même façon qu’on passe de l’espoir au désespoir ou du rire aux larmes. Ce roman met tous nos sens en éveil et j’aime ça.

Mais ce que j’ai vraiment adoré, c’est en apprendre encore davantage sur ce pan sombre de notre histoire à travers la philatélie. J’ignorais que les graveurs, la fabrication des timbres et leur interprétation avaient eu un rôle si important dans la résistance et je ne considérerai plus jamais un timbre de la même façon.

Si comme moi vous aimez les romans qui mêlent L’Histoire et la fiction, si la période de la seconde guerre mondiale vous passionne, si entre autres vous avez adoré “Elle s’appelait Sarah” de Tatiana de Rosnay ou “Un goût de cannelle et d’espoir” de Sarah McKoy, alors La vie secrète d’Elena Faber va vous séduire !

Vous connaissez ce roman ? Vous avez envie de le lire ?

Commenter avec Facebook

commentaire(s)

2018-08-20T10:19:19+00:00Culture|1 Comment

Un commentaire

  1. Véro 20 août 2018 à 16:31 - Répondre

    Je ne connaissais pas mais j’ai bien envie de le lire maintenant ! J’avais adoré elle s’appelait Sarah.

Laisser un commentaire

Non je ne suis pas un robot ! *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :